Les conséquences de la guerre en Ukraine dans les relations internationales

Les conséquences de la guerre en Ukraine dans les relations internationales : vers une coopération inédite entre les États-Unis et le Venezuela ?


« L’engagement de Joe Biden à remplacer la production énergétique russe provoque une agitation diplomatique entre les États-Unis et plusieurs pays producteurs de pétrole, dont le Qatar, l’Arabie Saoudite, le Venezuela et l’Iran »[1].


L’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie le 24 février dernier a provoqué une reconfiguration des relations historiquement conflictuelles entre les États-Unis et le Venezuela. Le pétrole est à l’origine de ce rapprochement inédit.En effet, le conflit russo-ukrainien a mis en lumière le rôle majeur de la Russie sur le marché mondial du pétrole, particulièrement sur le continent nord-américain et européen. En 2021, ce sont près de 245 millions de barils de brut et produits pétroliers qui ont alimenté le marché américain en provenance de Russie, quatrième fournisseur des États-Unis[2]. Après que Joe Biden a décrété un embargo sur l’or noir russe le 8 mars dernier[3], la moyenne nationale pour un gallon d’essence a atteint un record de 4,252 dollars, soit une augmentation de 20% par rapport au mois précédent[4]. Depuis, Washington tente par tous les moyens de contenir la flambée des prix du baril[5] tout en s’employant à isoler la Russie sur la scène internationale.


Après une tentative de rapprochement diplomatique avec les États leaders de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole[6], l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, les États-Unis se tournent désormais vers le Venezuela, vingt-et-unième producteur de pétrole au monde[7]. Son objectif est d’entamer des négociations afin de remplacer une partie du pétrole en provenance de la Russie par celui que le pays avait cessé d’acheter au Venezuela[8]. Ainsi, le 5 mars 2022, l’administration Biden s’est rendue à Caracas afin de discuter avec Nicolás Maduro d’un éventuel assouplissement des sanctions sur les exportations pétrolières qui pèsent sur le pays depuis 2017[9]. Ces sanctions avaient fait l’objet d’un durcissement en 2019 avec l’interdiction pour le Venezuela de vendre son pétrole sur le territoire américain et le gel des actifs que l’entreprise Petróleos de Venezuela SA (PDVSA) détient à l’étranger[10]. L’objet de la rencontre, révélé par le New York Times[11], n’a cependant été confirmé par aucune des deux parties. Seule la libération de deux citoyens américains, dont un haut-dirigeant de la filiale américaine de PDVSA, est avérée[12].


Un rapprochement pour le moins inattendu avec l’allié historique de la Fédération de Russie. En effet, si les relations entre les États-Unis et le Venezuela ont toujours été conflictuelles, ces dernières se sont cristallisées en 2018 suite au refus étasunien de reconnaître la victoire de Nicolás Maduro aux élections présidentielles. Les États-Unis avaient déclaré soutenir le leader de l’opposition, Juan Guaidó, qui s’était auto-proclamé président par intérim en janvier 2019. Face à la multiplication des sanctions économiques étasuniennes et européennes visant à forcer Maduro à quitter le pouvoir[13], ce dernier avait alors renforcé ses relations commerciales avec la Russie afin d’empêcher l’effondrement de son industrie pétrolière[14]. La situation a désormais évolué et le Venezuela se trouve en position de négocier tandis que la Russie apparaît de plus en plus isolée. Néanmoins, Nicolás Maduro ne semble pas prêt à s’engager pleinement aux côtés de Joe Biden comme en témoigne le soutien qu’il a récemment apporté publiquement à Vladimir Poutine[15]. De plus, selon Maximilian Hess, chercheur américain, une levée des sanctions américaines n’est pas suffisante pour que Maduro tourne le dos à la Russie, et ce dernier serait « bien mieux disposé si Joe Biden fait des concessions sur d’autres points, comme les différentes procédures judiciaires engagées aux États-Unis contre les membres du gouvernement vénézuélien et PDVSA »[16]. Par ailleurs, la tentative de rapprochement opérée par les Etats-Unis a d’ores et déjà été largement critiquée par des sénateurs américains qui ont dénoncé la tenue de discussions avec Maduro[17], ce dernier faisant l’objet d’une enquête pour crime contre l’humanité[18].


Au-delà des considérations politiques, des réalités pratiques risquent de contrecarrer les ambitions américaines. En raison de la crise économique qui touche sévèrement le pays depuis des années, les infrastructures pétrolières vénézuéliennes sont dans un état obsolète[19]. Ainsi, en dépit d’un assouplissement potentiel des sanctions américaines, le relancement de l’activité d’extraction et le traitement du pétrole vénézuélien ne sera pas chose aisée.


Par Florine Baelde, Camille Ben Hamza, Justine Cassar et Lehna Guidou




RÉFÉRENCES



[1]The National Interest, “Can Biden’s Oil Diplomacy Offset Putin’s Price Hike”, March 9, 2022, [notre traduction], [disponible ici].

[2]Connaissance des énergies, « Pétrole russe : quel serait l’impact d’un arrêt des importations américaines ? » 7 mars 2022, [disponible ici].

[3]US Department of the Treasury, “U.S. Treasury Announces Unprecedented & Expansive Sanctions Against Russia, Imposing Swift and Severe Economic Costs”, February 24, 2022, [disponible ici].

[4]Forbes, « Pourquoi les prix de l’essence sont-ils si élevés ? Comment l’invasion de l’Ukraine par la Russie affecte-t-elle la pompe ? » 14 mars 2022, [disponible ici].

[5]NPR, “Inflation hits another 40-year high. The war in Ukraine could make it worse”, March 10, 2022, [disponible ici].

[6]Courrier international, « La guerre en Ukraine révèle au grand jour le divorce Washington-Riyad », 18 mars 2022, [disponible ici].

[7]Trading economics, Production de pétrole brut, liste par pays, Novembre 2021, (consulté le 10 décembre 2021). [disponible ici].

[8]Libération, « La surprenante mission de la diplomatie américaine à Caracas », 6 mars 2022, [disponible ici].

[9]US Department of the treasury, Venezuela-Related Sanctions, January 17, 2017 [disponible ici].

[10]Le Monde, « Au Venezuela, les sanctions américaines contre le groupe pétrolier public PDVSA aggravent la situation », 9 février 2019, [disponible ici].

[11]The New York Times, “US Officials travel to Venezuela, a Russia ally, as the West isolates Putin”, March 5, 2022, [disponible ici].

[12]The New York Times, “Venezuela Releases Imprisoned Americans After Talks With US”, March 8, 2022, [disponible ici].

[13]Conseil européen, « Venezuela : dix-neuf hauts responsables ajoutés à la liste des personnes faisant l’objet de sanctions de l’UE », communiqué de presse, 22 février 2021, [disponible ici].

[14]Reuters, “Exclusive: Venezuela's cash-strapped PDVSA offers Rosneft oil stake”, March 16, 2022, [disponible ici].

[15]El periodico, “Maduro llama a Putin para expresar el apoyo de Venezuela a la invasión rusa”, Marzo 2, 2022, [disponible ici].

[16]France 24, “Guerre en Ukraine : Washington lorgne du côté du Venezuela pour se passer du pétrole russe”, 8 mars 2022, [disponible ici].

[17]United States Committee on Foreign Relations,Chairman Menendez statement on Biden administration talks with the Maduro regime, March 7, 2022, [disponible ici].

[18]International Court of Justice, ​​Statement of the Prosecutor of the International Criminal Court, Fatou Bensouda, on the referral by a group of six States Parties regarding the situation in Venezuela, 27 septembre 2018, [disponible ici].

[19]Encyclopédie énergie, Petróleos de Venezuela (PDVSA) : de la logique entrepreneuriale à la mission nationale (1920-2016), 4 décembre 2017, [disponible ici].


BIBLIOGRAPHIE


Sources juridiques

United State Department of the Treasury, “U.S. Treasury Announces Unprecedented & Expansive Sanctions Against Russia, Imposing Swift and Severe Economic Costs”, February 24, 2022.

United State Department of the treasury, Venezuela-Related Sanctions, January 17, 2017.

Conseil européen, « Venezuela : dix-neuf hauts responsables ajoutés à la liste des personnes faisant l’objet de sanctions de l’UE », communiqué de presse, 22 février 2021.

International Court of Justice, ​​Statement of the Prosecutor of the International Criminal Court, Fatou Bensouda, on the referral by a group of six States Parties regarding the situation in Venezuela, 27 septembre 2018.


Ouvrages

Encyclopédie énergie, Petróleos de Venezuela (PDVSA) : de la logique entrepreneuriale à la mission nationale (1920-2016), 4 décembre 2017.


Rapports

United States Committee on Foreign Relations,Chairman Menendez statement on Biden administration talks with the Maduro regime, March 7, 2022.


Articles de presse

The National Interest, “Can Biden’s Oil Diplomacy Offset Putin’s Price Hike”, March 9, 2022.

The New York Times, “US Officials travel to Venezuela, a Russia ally, as the West isolates Putin”, March 5, 2022.

Le Monde, « Au Venezuela, les sanctions américaines contre le groupe pétrolier public PDVSA aggravent la situation », 9 février 2019.

Trading economics, Production de pétrole brut, liste par pays, Novembre 2021.

Courrier international, « La guerre en Ukraine révèle au grand jour le divorce Washington-Riyad », 18 mars 2022.

NPR, “Inflation hits another 40-year high. The war in Ukraine could make it worse”, March 10, 2022.

Forbes, « Pourquoi les prix de l’essence sont-ils si élevés ? Comment l’invasion de l’Ukraine par la Russie affecte-t-elle la pompe ? » 14 mars 2022.

Reuters, “Exclusive: Venezuela's cash-strapped PDVSA offers Rosneft oil stake”, March 16, 2022.

El periodico, “Maduro llama a Putin para expresar el apoyo de Venezuela a la invasión rusa”, Marzo 2, 2022.


Featured Posts